YvesCruchten.lu

La tromperie verte

Si en politique (et ailleurs également) il est important de soigner son image,  il y a ceux qui en mettent trop : Les verts au Luxembourg sont certes des champions incontestés en la matière.

Des exemples ?

Le 5 octobre dernier, soit 8 mois avant l'échéance électorale, le congrès du parti vert a adopté son programme pour les élections parlementaires. Ce dernier avait été annoncé en grandes pompes sur les ondes de notre radio nationale. Les dirigeants du parti (dont Mme Metz) n'hésitaient pas à disqualifier les autres partis en soulignant que "seuls les verts mettent en avant le programme et non les candidats", "qu'ils étaient les premiers à présenter leurs nouvelles idées" etc…

Or, aujourd'hui, 7 semaines plus tard, le public n'a toujours pas droit à la consultation de ce programme apparemment si "ambitieux" et si "réaliste".

Le parti vert ne divulgue rien sur son programme:
Si les pages Internet de ce parti regorgeant d'informations plus ou moins inutiles, aucun élément du programme n'est présenté. Par contre on trouve tous les noms, photos et bios des candidats verts.

Curieux pour un parti qui voulait "donner priorité aux idées et non aux personnages", comme le feraient soi-disant tous les autres partis…

Où est-il alors ce programme si "réaliste", si "ambitieux" ?
Pourquoi nous le cachez-vous M. Bausch?

Du vent rien que du vent…

Une autre curiosité ne m'a pas échappé sur le site Internet des verts: Comme il se doit pour tout bon parti bourgeois, les verts se rallient au DP et à l'ADR en saluant dans un communiqué de presse avec "grande joie" et "espérance" l'élection si brillante de M. Obama à la tête des Etats-Unis.

Curieux pour un parti vert sachant qu'il y avait en course pour l'élection présidentielle un 3e candidat, certes à l'ombre des deux grands. Ce candidat s'appelle Ralph Nader et avec son camarade Matt Gonzalez, représentait le parti des verts aux Etats-Unis.

Les verts au Luxembourg n'auraient donc pas soutenu leur propre camarade outre-Atlantique ?
Quel opportunisme !
Quel exemple de camaraderie !
Quelle dignité !

Un troisième exemple livre une réponse adressée aux Jeunesses Socialistes qui accusent M. Turmes de vendre les intérêts du Luxembourg à la première occasion. En effet, M. Turmes avait voté en faveur d'un texte visant les soi-disant paradis fiscaux au sein de l'Union Européenne. Dans sa réponse, l'éco-député prétend que ce texte ne visait pas le Luxembourg mais plutôt les îles Channel, Gibraltar et Madère… Pourtant le texte en question n'énumère ni ces pays ni exclut-il formellement le Grand-Duché.

Personne n'ignore que depuis plusieurs semaines, nos voisins s'acharnent sur la place financière luxembourgeoise, M. Turmes serait-il aussi naïf qu'il ne paraît ? Ou aurait-il simplement manqué de lire les journaux ces derniers jours?

Des exemples qui démasquent les verts ne manquent pas:
• Ni à Luxembourg-ville, où les habitants des quartiers populaires (don’t p.ex Weimerskirch) sont les malheureux témoins de la solde d’espaces publics récréatifs à des promoteurs avides de profits,
• ni a Differdange ou ils promeuvent la construction d'immeubles dans une zone verte protégée,
• ni à Bascharage où ils ferment les yeux sur une pollution confirmée,
les verts ne sont à la hauteur de leurs aspirations.
Bienvenue dans la REALPOLITIK !

La question qui se pose est donc pourquoi les médias ne démasquent-ils pas ces prétendus écologistes ? Peut-être parce que les médias plus que la population elle-même désire un changement dans l'alternance des trois grands partis au Gouvernement ? Est-ce là également la raison pour laquelle l'ancien chef-journaliste de la chaîne tv nationale est allé soutenir et seconder ce parti en tant que stratège et secrétaire de parti?

Have your say